La Bourrache

16, Jan 2021

La Bourrache

 

Aujourd’hui, nous allons vous parler d’une plante très utilisée dans notre pharmacopée familiale depuis des générations : La Bourrache.

La bourrache de son nom latin Borago officinalis fait partie de la famille des Boraginacées. Elle porte également le nom de « Concombre des champs, ou herbe à la suée ».

Elle est originaire du bassin méditerranéen et se reconnaît grâce à ses jolies fleurs d’un bleu céleste, ou plus rarement roses ou blanches, en forme d’étoile à cinq branches.

La plante renferme des tanins, du mucilage, du nitrate de potassium et des alcaloïdes pyrrolizidinique.

Les grecs utilisaient ses fleurs pour parfumer les salades et les vins (car elle a un petite saveur de concombre) et la nommaient : Euphrosine : « qui rend heureux ».

Cette plante aurait été introduite au moyen âge dans le sud de l’Espagne par les Arabes qui lui donnaient le nom de : abou er-rach « père de la sueur » car la bourrache possède des propriétés sudorifiques.

On la retrouve également citée dans les poèmes de l’école de Salerne (célèbre école de médecine au Moyen Âge) comme : Ego Borago, gaudia semper ego « Moi la bourrache, je donne toujours du courage ».

En effet, la plante était très connue à cette époque pour son effet bénéfique sur les émotions, car elle agissait sur le moral des personnes, pour le rendre plus enjoué. D’ailleurs son nom gallois est llawenlys qui signifie : herbe de joie.

A l’époque des croisades, on donnait un dernier verre de vin de bourrache aux chevaliers avant de partir, afin de leur donner du courage.

De nos jours, nous pouvons la trouver sous différentes formes galéniques correspondantes à diverses utilisations : infusion, huile végétale, gélules et même en élixir floral. 

La bourrache est recommandée lorsque le corps a besoin de transpirer et d’éliminer des toxines (notamment en cas de rhume, fièvre, grippe…). Ses fleurs sont principalement utilisées comme sudorifique et le mucilage que la plante contient, lui confère des vertus émollientes qui peuvent soulager les troubles respiratoires et calmer la toux, seule ou mélangée avec d’autres fleurs pectorales.

Se feuilles et ses tiges sont quant à elles reconnues pour leurs effets diurétiques. Quand à l’huile, tirée de ses graines, a une bonne action sur l’hydratation de la peau, la régulation du cycle menstruel mais agirait également comme anti-inflammatoire.

En usage interne :

Les fleurs et les parties aériennes agiraient sur : 

-Les troubles cutanés (eczéma, psoriasis)

-Les troubles respiratoires (bronchite, toux, rhume, refroidissement)

-Les troubles urinaires (oedèmes, oligurie…)

-Les troubles locomoteurs (goutte, artrite…)

L’huile (tirée des graines) agirait sur :

-Les troubles cutanés : peaux atopiques, eczéma, psoriasis…

-Les troubles hormonaux : régularité des cycles

-Les troubles locomoteurs : maladies inflammatoires

-Les troubles cardiovasculaires : hypercholestérol, hypertension…

-Les troubles divers : syndrôme de l’œil sec.

En usage externe, la bourrache peut être également utilisées sous forme de cataplasme ou d’huile en cas de problèmes cutanés (furoncle, abcès, psoriasis, eczema…) et en cas de problèmes locomoteurs (crises de goutte, artrite…).

En cosmétique, la bourrache est utilisée sous forme d’huile végétale ou de crème. Elle est revitalisante, antiride et hydratante. Elle régénère la peau, lutte contre le vieillissement cutané et restaure l’élasticité de la peau. Elle convient très bien aux peaux sèches, matures, dévitalisées et fatiguées. 

Sur le plan émotionnel, l’élixir floral de Bourrache est recommandé pour dépasser le chagrin, la tristesse, et le découragement face aux épreuves. Elle redonne courage et confiance.

En Ayurveda, la Bourrache a une saveur astringente et douce. Elle a une énergie raffraîchissante et est conseillée pour apaiser Pitta et Kapha. Par contre, elle augmenterait Vata. On la recommande comme plante diurétique.

Quelques recommandations cependant :

La bourrache contient une très faible quantité d’alcaloïdes pyrrolizidiniques (mais pas son huile) qui peut être toxique pour le foie en usage prolongé. Il est donc recommandé de ne pas l’utiliser sur du très long terme.

Elle est également déconseillée aux femmes enceintes et aux personnes ayant des problèmes hépatiques.

Nous rappelons que nos recommandations ne se substituent en aucun cas à un avis médical

Produits à base de Bourrache : Crème Bourrache 60ml, Bourrache Bio – 503 mg – 100 capsulesInfusion Silhouette et Souplesse, Infusion HivernaleBourrache-Onagre Bio 100 Capsules, Huile végétale de Bourrache Bio, Elixir Floral Bourrache 

 

—Suivez- Nous—

Les autres actualités

Blog
Les hydrolats (eaux florales)
Les hydrolats (eaux florales)

Les hydrolats (eaux florales)

Grâce à leur douceur et leurs propriétés favorables à l’épiderme, les eaux florales constituent des lotions privilégiées et adaptées en fonction de chaque type de peau.

On peut les utiliser en soin du visage, comme en démaquillant, mais aussi en soin du corps ou pour la toilette du bébé.
Elles ont de très nombreuses propriétés qui dépendent de leurs compositions en acides gras. Par exemple les huiles riches en oméga 3 (acide alpha-linolénique) ont une action anti-inflammatoire comme l’huile de pépins d’argousier, l’huile de calophylle inophyle, l’huile de chanvre, et l’huile de nigelle. Ces huiles sont idéales pour lutter contre les inflammations cutanées.

Blog
Les huiles végétales Pause Nature Chatel-Guyon
Les huiles végétales

Les huiles végétales

Les huiles végétales sont des alliées précieuses et utiles pour la peau et les cheveux. Elles sont faciles à utiliser et bien tolérées.

Elles ont de très nombreuses propriétés qui dépendent de leurs compositions en acides gras. Par exemple les huiles riches en oméga 3 (acide alpha-linolénique) ont une action anti-inflammatoire comme l’huile de pépins d’argousier, l’huile de calophylle inophyle, l’huile de chanvre, et l’huile de nigelle. Ces huiles sont idéales pour lutter contre les inflammations cutanées.

Blog
Le Ginseng
Le Ginseng

Le Ginseng

Le Ginseng est une plante médicinale qui a une grande renommée en Asie. Cultivé essentiellement en Corée, c’est également possible d’en avoir en France métropolitaine et dans les érablières du Québec.Le mot « ginseng » vient du chinois mandarin « rénshēn », « rén » désignant « l'homme », et « shēn » signifiant « racine ».